• Weekly PB (27.01.2018)

    La jolie fille des Morning Musume.'18 Yokoyama Reina, pourquoi est-elle devenue si bruyante ? "A cause de mon professeur..."

    Weekly PB

    Hebdomadairement, nous réalisons des interviews avec "L'idole attendue". Nous avons choisi Yokoyama Reina des Morning Musume.'18, le groupe qui fête ses 20 ans ! Il y a environ 1 an, plus précisément en décembre 2016, elle rejoignait les Morning Musume. Découvrons ensemble la personnalité transcendante qui se cache derrière cette jolie fille !

    * * *

    ― Pour "L'idole la plus attendue de 2018", voici Yokoyama Reina.

    Yokoyama  Merci beaucoup pour votre choix. Aujourd'hui il y a énormément d'idoles, alors j'aimerais vraiment me démarquer en 2018. Pour commencer, c'est gentil de réaliser que je suis une personne remarquable. C'est super.

    ― Ça commence fort (rires) !

    Yokoyama  Lorsque j'étais petite, j'étais très discrète. Mon professeur de CM2 m'a aidée à m'imposer un peu plus. 

    ― Grâce a un professeur ? Comment ça ?

    Yokoyama  J'avais toujours été une élève studieuse et discrète. J'ai toujours reçu de bonnes notes et d'ailleurs je ne voulais recevoir que des A. Je voulais être excellente partout. Pour les examens, pour les tâches de classes, les clubs, la gestion de ma vie, ...

    ― Je ne m'attendais pas à recevoir une élève aussi studieuse.

    Yokoyama  Merci beaucoup. A cette époque, j'aimais déjà beaucoup étudier et j'étais la déléguée de la classe, donc je voulais être l'élève modèle.

    ― Oh, la déléguée !

    Yokoyama  Oui. Dans mon école, c'était à partir du CE2 qu'on devait élire un ou une délégué.e. Du CE2 à la 5e, j'étais membre du comité de classe. En 4e, je suis rentrée dans le comité de vie. Maintenant, je suis présidente de ce comité-là.

    Weekly PB        Weekly PB

    ― Tu as réussi à atteindre le sommet ! Enfin, c'est vraiment un parcours brillant. Tu fais vraiment une présidente super mignonne ! Comment on t'appeler ? Par "Madame la présidente" ?

    Yokoyama  On m'appelait "Yokoyama" (rires). C'est une des raisons de pourquoi je veux continuer à me démarquer. En CM2, je suis rentrée dans un club et j'y ai fait une rencontre qu'on peut appeler "fatidique". C'était mon professeur de guitare dans un club non scolaire. Il était passionné par son métier. Il faisait des projets trop cool pour le club. Les deux années où je suis restée dans ce club, on organisait un spectacle de fin d'année où on réalisait plusieurs interprétations avec les membres du club. Des CDs de nos chansons et performances étaient vendus à la fin du spectacle.

    ― Ça avait l'air d'être un professeur génial !

    Yokoyama  N'est-ce pas ! La première année, on avait composé une musique nous-mêmes. On l'a appelé "Egao ni Aeru ne". L'année d'après on en a composé une autre, "Ashita no Kaze ni Fukaretara". Chaque membre écrivait son propre texte et on en tirait ensemble les meilleures phrases pour former un texte final.
    En CM2, je me suis mise à beaucoup aimer le mot "sourire" (「笑顔」Egao, ndt) donc j'ai choisi d'écrire mon texte autour de ce mot-là et il a fini par être dans le titre ! Enfin, peut-être que d'autres l'avaient aussi écrit (rires). Lors des répartitions, j'ai eu une partie solo et une partie en trio, j'étais trop contente ! Les répartitions étaient choisies par les professeurs, pas par nous. Mon professeur préféré était Nagabuchi Tsuyoshi-san.

    ― Est-ce que vous aviez aussi un harmonica et vous chauffiez la salle pour chanter avec vous ?

    Yokoyama  Absolument pas (rires).

    ― Donc c'était ce professeur qui vous a rendu bruyante ?

    Yokoyama  Tout à fait. Mon professeur était un énorme fan de "Punk Booboo", il s'amusait tout le temps à sortir des répliques phare de cette émission. Au début on rigolait avec lui et petit à petit on a commencé à le charrier sur ça, enfin surtout moi (rires). Je me levais en pleine classe et je faisais tout un cinéma. Je criais très fort. Les autres membres du club m'applaudissaient et on rigolait tous ensemble. On me disait "T'es incroyable", "Yokoyama est trop géniale".

    ― C'est de là que votre facette du tsukkomi vient.

    Yokoyama  Possible. A partir de ce moment-là, je trouvais les premières occasions pour faire ressortir ce caractère-là. Je suppose qu'il n'est jamais parti. Avant cet épisode-là, je lisais des livres dans mon coin, je ne jouais pas avec mes amis.

    ― Donc la Yokoyama-san d'aujourd'hui vient finalement d'un professeur ?

    Yokoyama  On peut dire ça comme ça. Ce professeur a eu énormément influencé ma vie quand j'y pense. Grâce à lui, j'ai acheté une guitare. J'ai pu me l'acheter grâce à de l'argent qu'on m'avait offert à un Nouvel An. Trois jours après l'avoir achetée, mon frère me l'a cassée (rires). J'ai tellement pleuré. J'en ai parlé au professeur et il avait essayé de me la réparer.

    Weekly PB        Weekly PB

    ― Vous pouvez maintenant en rejouer ?

    Yokoyama  Oui, si on tord bien les cordes.

    ― Bien vu (rires). Vous y avez rejoué depuis ?

    Yokoyama  De temps en temps, je la sors.

    ― Je vois. Vous vous souvenez des accords ?

    Yokoyama  Les principaux oui. J'aime bien m'entraîner, quand mes cordes coopèrent et ne boudent pas. Mais je sais encore reconnaître les majeurs et mineurs.

    ― Je ne savais pas que vous saviez jouer de la guitare.

    Yokoyama  Ah~ Ça fait longtemps mais je me souviens de quelques chansons. Je peux jouer n'importe quel air qui a du Sol La Si Do.

    ― Vous savez jouer d'autres instruments de musique ?

    Yokoyama  J'ai joué du saxophone alto en rentrant au collège et j'ai participé à des concours nationaux. 

    ― Vous êtes arrivée au concours national ?! C'est incroyable. Ça aussi, ça a du vous changer.

    Yokoyama  Je n'ai jamais été la même, j'ai toujours changé. En primaire, j'étais plutôt réservée. C'est aussi à cette période-là que j'ai connu les Morning Musume. Au collège j'ai commencé à me sociabiliser. Et en rentrant au lycée, je suis devenue une membre des Morning Musume.

    ― Une nouvelle rencontre fatidique !

    Yokoyama  C'était lors d'un cours dans le club de danse jazz auquel je participais depuis la maternelle. Une de mes senpai me montrait plusieurs vidéos de danses et j'ai continué à en regarder de mon côté. Je suis tombée sur le clip de "Souda! WE'RE ALIVE". Je suis devenue directement fan de Takahashi Ai-san et j'ai trouvé le groupe trop cool ! Cette chanson datait de 2002, je venais à peine de naître. Et j'étais devenue fan de Takahashi Ai-san, qui était déjà partie du groupe. Je n'avais pas eu un bon timing ...

    ― Fin 

    Weekly PB        Weekly PB


    © Traduction du japonais au français par Pichi.SOUND OF YOKO


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :